Cléo Ballatore

Un ciel sans nuage

17 Commentaires

romaric-cazaux2C’est une chaude matinée d’été. Un ciel sans un nuage s’étend sur la ville. Je suis allongé sur un coin de l’embarcadère pieds nus, la chemise ouverte essayant de profiter des chauds rayons du soleil. Sur le lac, j’entends des rires et des chansons. De nombreux jeunes gens canotent sur les eaux calmes et ombragées. Les filles gloussent et les garçons exhibent fièrement leurs biceps. Certains arborent un air très sérieux. Je connais ça ils veulent impressionner les filles. Ce soir, si tout se passe bien, ils admireront ensemble la beauté d’un ciel étoilé en échangeant mille promesses et mille baisers.

Ne troublons pas cette ambiance légère et enivrante. Ils auront bien le temps de découvrir les tempêtes de la vie à deux, le tonnerre qui tonne soudain dans un ciel céleste, les nuages qui s’accumulent à l’horizon suivis parfois d’une embellie inattendue.

Pour moi, tout a commencé un lundi. Ma femme est partie avec un autre qui, selon elle, l’amenait directement au septième ciel ce que j’avais été incapable de faire pendant les dix années de notre vie de couple. Je n’avais pas fait de sa vie un enfer mais pas un paradis non plus. Depuis cette fable, je suis sur le sable. Le soleil ne me réchauffe plus. J’attends avec impatience les mornes jours d’hiver pour plonger dans un sommeil sans fin.

Atelier Bricabook – photo 127 -Romaric Cazaux

Publicités

Auteur : cleoballatore

Ecrivain

17 réflexions sur “Un ciel sans nuage

  1. Espérons qu’il retrouvera l’espoir avant la fin des beaux jours; et que les beaux jours seront aussi pour lui.

  2. On peut être aussi bien au coin du feu en bonne compagnie pour se tenir chaud 😉

  3. J’espère aussi. Les beaux jours chassent en général la dépression.

  4. Sympathique variation sur cette amertume somme toute ensoleillée.

  5. Et donc? Vivra-t-il l’embellie inattendue, ou sommeil sans fin? Belle description !

  6. Voici un texte qui colle parfaitement à la photo. pas mal trouvé ! 🙂

  7. Souhaitons lui de trouver celle avec qui il touchera les nuages 😉

  8. le départ de sa femme lui coupe les jambes…d’ici septembre j’espère qu’il se ressaisira, il suffit d’un papillon qui vole et tout recommence
    bien relevé ce défi photo Cléo
    bonne soirée

  9. Que de tristesse sous le soleil. Très beau texte. 😀

  10. Pingback: Aldo Belle Gueule (atelier d'écriture) | Bric à Book

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s