Cléo Ballatore

Un cœur en hiver

37 Commentaires

16058258370_99a0be4b8e_kOn dit que le hasard guide nos pas. Cette soirée par exemple dans une rue oubliée d’une ville tranquille. Une nuit d’hiver où la douceur de l’air laisse à penser que le printemps arrive. On longe une rangée d’arbres et on s’arrête près d’un peuplier à l’écorce décorée de cœurs, de petits mots et de prénoms. C’est l’arbre des amoureux. Pourquoi lui ? Mystère.

Je le regarde du bout des yeux sans en avoir l’air. Je sais qu’il y a un cœur au milieu du tronc avec deux initiales enlacées.

Je ressemblais alors à une sauvageonne avec mes cheveux ébouriffés, mes jeans effrangés, mes tuniques indiennes et ma veste en cuir. Mais il m’aimait ainsi autrefois. Je me souviens d’un court printemps et d’un long automne. Car ces amours-là sont mortes. La pluie monotone tambourinait sur la maison et le jardin. Impossible de se réchauffer. Ses doigts ne jouaient plus avec mes cheveux. Son rire ne résonnait plus dans les pièces vides. Ses bras ne me protégeaient plus des morsures du vent du nord.

Ce soir en regardant nos initiales, je souris. J’ai enfin fermé la porte à ces souvenirs. Il ne reste de cette histoire qu’un petit cœur dont les contours, jadis à vif, sont en train de s’estomper comme une plaie qui a cicatrisé.

Atelier Bricabook – Photo

Publicités

Auteur : cleoballatore

Ecrivain

37 réflexions sur “Un cœur en hiver

  1. Revivre la nostalgie de nos premiers émois, rappelle notre jeunesse gravée de souvenirs. Le temps cicatrise les blessures…

  2. Je retrouve quelques échos du mien, et de la nostalgie mêlée de confiance dans le futur !! 😉

  3. C’est ce que je pense aussi. Il y a beaucoup de douceur qui émane de cette écorce. On se dit que les chagrins passent.

  4. J’aime beaucoup la douce nostalgie de ton texte et l’image finale

  5. Ah la nostalgie …. joli texte !

  6. J’aime beaucoup ton texte plein de poésie et de nostalgie.

  7. Ce texte me renvoie un peu au mien. La plaie cicatrise et ensuite, c’est le moment d’aller de l’avant.

    • Oui c’est cela. Un jour, heureusement, les souvenirs douloureux s’effacent.

      • Brian please use Piazza Di Spagna in race seven unless you want to rip after leg A. Do#;93n&t worry about the trainer stats, Sciacca will be 100% winners in this race.

    • Ha ha.. ada gak kawe terbaca di NST dua hari lepas. Yang lebih lucu bila kartunis Lat buat kartun mengenai berita nie. Kartun beliau meamgabarknn oppurtunis yang bakal buat kedai spa rel keretapi di tepi jalan dan caj org yg mahu lepak di rel.. he he.. better check NST dua hari lepas… lawak ehhh..

    • / ROSA hoy te he visto en el Parlamento y me gustó la imagen del panel de votaciones, sólo existía un puntito VERDE entre un mar de abstenciones amarillas y un océano de rojo de vergüenza… tú estabas ahí iluminando de VERDE esta loca esperanza de terminar con una clase política que vive de espaldas a la realidad…?Me gusta saber que ese puntito VERDE podrá transformar el panel de votaciones en próximas legislaturas… Ojalá!Mientras tanto por qué no le pedimos RESPONSABILIDADES al chaval ese que juega a ser presidente de un gobierno de mostrencos…?

  8. c’est beaux les souvenirs quand les larmes sont passées !
    j’aime !

  9. J’aime beaucoup ton « je le regarde du bout des yeux ». Je trouve que c’est une très jolie formule.

  10. très joli, à la fois émouvant, nostalgique et en même temps porteur d’un message d’espoir

  11. Souvenir des premiers émois

  12. Quel amour douloureux … Court mais intense !

  13. C’était une jolie photo. On a envie de finir sur une note positive.

  14. Ce texte nous rappelle les premiers (ou pas) émois! Il faut parfois tourner la page avec un souvenir doux comme celui-ci!

  15. c’est bien, de savoir porter ses cicatrices 🙂

  16. Un temps pour les vivre, un temps pour s’en souvenir puis vient le temps de l’oubli… Non en fait je crois qu’on oublie jamais rien.

  17. On n’oublie jamais rien mais parfois on arrive à se souvenir des bons moments en laissant de côté les ressentiments.

  18. J’aime le rythme de ton texte; les amours défuntes ne s’effacent quand même jamais tout à fait; la preuve, ces traces gravées sur un arbre.

  19. Magnifique texte, d’une grand sensibilité. J’aime beaucoup ton style quand il fait naître ce genre d’émotions 🙂

  20. J’aime la nostalgie mélancolique de ton texte. ♥ Je m’y retrouve.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s