La balade du serpent et de l’oiseau chanteur de Suzanne Collins

Résumé
C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate. Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine.
Dans l’arène, ce sera un combat à mort.
Mon avis
J’avais adoré la trilogie d’Hunger Games et son héroïne si charismatique Katniss Everdeen. C’est donc avec beaucoup de plaisir que je me suis lancée dans le tome4 qui est en réalité un pré-quel. Nous suivons le jeune Coriolanus Snow qui doit prendre une part active dans les jeux. Nous découvrons un Capitole encore marqué par les cicatrices de la guerre civile, une organisation des jeux rudimentaires, et un héros qui brûle de faire ses preuves et de redorer le blason de sa famille désargentée.
Ces dixièmes Hunger Games s’annoncent comme une opportunité pour lui : le mentor du gagnant bénéficiera d’une bourse pour aller à l’université. Coriolanus Snow va mettre toute son énergie pour faire gagner le tribut que le sort lui attribue. Hélas, le tirage ne lui est pas favorable. Lucy Gray, une fille du district douze, issue d’une famille de nomades, lui est attribuée. Ce duo bancal peut-il gagner les jeux ? Snow peut-il éviter la relégation de sa famille ?
L’intrigue est solide et réserve son lot de retournements de situation. J’ai toutefois trouvé qu’il y avait des longueurs, et une intensité moindre que dans le premier Hunger Games. Les jeux en particulier ne sont pas captivants, avec très peu de scènes d’actions. Mais j’ai aimé retrouver et approfondir l’univers. Et comprendre comment les évènements vont transformer un jeune homme encore innocent.
Parmi les personnages, peu sont attachants. La faute certainement à cette volonté de survivre à tout prix qui donne un côté dur aux héros. La sœur de Snow est certainement le personnage le plus sympathique de cette histoire. Coriolanus Snow est trop froid pour être attachant, mais j’ai été sensible à cet adolescent humilié qui tente de cacher la misère dans laquelle sa famille est tombée, qui souhaite s’en sortir, protéger les siens, et aussi prendre sa revanche. Parmi les méchants, le docteur Gaul est ma préférée.

Éditeur : Pocket jeunesse PKJ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s