« Ne jamais coucher avec son boss » a atteint 70 avis sur Amazon

Un grand merci aux lecteurs/lectrices qui ont laissé un message sur les réseaux sociaux. Vos retours me font chaud au coeur. Mon livre est disponible en ebook exclusivement dans la collection &h d’HapperCollins, il sera publié en version papier début janvier 2022 .

Un petit extrait :
« Virginia ferma son manteau et de se dirigea vers la sortie. Le centre-ville se situait de l’autre côté du pont. Virginia avait repéré l’itinéraire. Cependant, pour plus de sécurité, elle ouvrit son smartphone, chercha l’application Map.
— Pourquoi affichez-vous le plan ? dit-il. Vous le connaissez par cœur.
Elle l’ignora et lança :
— Nous sommes en avance. Nous allons pouvoir répéter.
Un soupir exaspéré lui répondit.
— Nous rabâchons cette présentation depuis des mois, dit Jérémie.
— Faux. Chaque fois que nous sommes dans votre bureau, nous sommes dérangés. Vous êtes incapable de bloquer une heure dans votre agenda.
— Je suis chef d’entreprise. Vous vous rappelez ? J’ai des décisions à prendre.
— Encore faux. Vous vous mêlez de tout. Vous ne savez pas déléguer.
— Je suis couvert de dettes, au cas où vous l’auriez oublié. Cette introduction en Bourse est vitale pour moi.
— Alors hier soir, au lieu de sortir, vous auriez dû réviser.
— J’avais besoin de décompresser. Mais j’ai tout emmagasiné. Tout est là, dit‑il en se tapotant la tempe droite avec son index.
Virginia ricana. Elle aurait pu dessiner les yeux fermés le « profil » de sa conquête : une party girl, svelte et sexy, une vingtaine d’années, de jolies formes et pas très futée.
— Avec une nouvelle Miss Pois chiche comme répétiteur ? J’ai hâte de vous entendre !
— Vous devriez vous détendre vous aussi, Virginia. Vous brassez trop de chiffres. C’est mauvais pour la libido.
Jérémie ralentit le pas, la regarda nonchalamment en plissant les yeux, s’arrêtant sur sa poitrine et ses hanches. Il l’allumait, un sourire ironique aux lèvres.
Un frisson parcourut Virginia. Une étrange excitation la gagna. Des images érotiques se glissèrent dans une zone de son cerveau qu’elle ne contrôlait pas. Elle serra son dossier contre son buste, résistant au désir de le brandir comme un bouclier.
Elle lança d’une voix posée :
— Vous voulez y aller, à ce rendez-vous ?
Jérémie ricana.
— Je meurs d’envie de les rencontrer. Il y aura peut‑être une assistante à mon goût ou une stagiaire. Qui sait ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s