Cléo Ballatore


2 Commentaires

« Deux jours, une nuit» : A éviter sauf si vous souhaitez rester immergé dans la pénible vie quotidienne des salariés d’aujourd’hui

Sandra, utéléchargementne jeune femme qui sort à peine d’une dépression, apprend que son poste à l’usine va être supprimé. Ses collègues ont dû voter. Ils avaient le choix entre le versement d’une prime annuelle de 1.000€ ou la suppression de son poste. 12 personnes sur 14 ont préféré la prime. Mais, entaché d’irrégularité, ce scrutin est annulé au profit d’un deuxième qui se tiendra le lundi matin. Sandra a donc deux jours pour convaincre ses collègues de l’aider à conserver son poste. Ella va aller les démarcher un à un.

MON AVIS

A éviter sauf si vous souhaitez rester immergé dans la pénible vie quotidienne des salariés d’aujourd’hui. Dans ce cas, ce film sans une once d’humour ni un gramme de paillettes est pour vous. Vous suivrez la viré en autobus de cette malheureuse jeune femme de pavillons en briques en HLM sans ascenseur. Toutes les facettes ou presque de la société civile sont représentés : la divorcée récente, l’immigré de fraîche date, les quinquagénaires asphyxiés par les études à la faculté des enfants,…Tous le monde a des problèmes de fin de mois et personne n’a envie de rire ou de s’amuser. On soulignera l’excellente performance de Marion Cotillard. Son jeu tout en finesse sonne toujours très juste. Elle illumine ce film gris et sans grand relief des frères Dardenne.

**/*****

Publicités