Cléo Ballatore


4 Commentaires

« Divergente 2 : l’insurrection » : Bien

Nous retrouvons Tris Prior. Dans « divergente », nous avons découvert un Chicago post-apocalyptique, protégé par une immense barrière, où la société est organisée en cinq factions, Audacieux, Erudits, Sincères, Altruistes et Fraternels. Chacune d’elles remplit une tâche précise dans la cité : justice, maintien de l’ordre, don de soi… tout individu est strictement contrôlé. Reste le rebut de la société, les sans-factions, des individus qui ont été écartés par leurs propres factions. Les divergents, comme Tris, sont des individus inclassables, jugés dangereux par le pouvoir en place, car impossible à contrôler. Après avoir rejoint les Audacieux et son beau chef d’équipe, Quatre, Tris a réussi à déjouer l’attaque des Erudits qui, alliés avec une partie des Audacieux, a éradiqué sa faction d’origine, les Altruistes. Recherchés par les autorités et en particulier Jeanine, le leader des Erudits, les deux jeunes gens vont tenter de survivre dans ce monde à feu et à sang où l’équilibre a été définitivement rompu et de comprendre pourquoi les divergents constituent une telle menace. Tris devra aussi apprendre à faire le deuil de ceux qu’elle a aimés.

MON AVIS

On retrouve avec plaisir les acteurs de cette dystopie. Le décor est à nouveau très réussi avec un paysage de désolation où les tours de Chicago sont à moitié carbonisées, et les quartiers très typés des différentes factions. Le rythme du film est bon, sans temps mort. Les défauts du premier volet ont été gommés et l’intrigue renforcée. Les tests de simulations restent flippants. Des stars sont venues épauler les jeunes acteurs. On citera Noami Watts et Octavia Spencer. Shailene Woodley étoffe son personnage, en étant à la fois physique et vulnérable, parfois dépassée par les enjeux. Theo James, le compagnon d’aventure de Tris, a toujours beaucoup de charisme. Kate Winslet, à la tête des Erudits, est fascinante. On regrettera une histoire moins profonde que celle d’Hunger Games et des personnages moins fouillés.

♥♥♥+ / ♥♥♥♥♥

Publicités


4 Commentaires

« Divergente» : Comment survivre dans un monde contrôlé ?

1964995_230829440443087_909779996_nBéatrice, rebaptisée Tris, une jeune altruiste, vit dans un Chicago post-apocalyptique. Frappée par drame dont on ne connaît pas l’histoire, la société s’est depuis organisée en cinq factions afin d’éviter de revivre ces événements douloureux. Chaque individu subit une série de tests à 16 ans dont l’objectif est de déterminer à quelle faction il appartient. Il devra quitter à jamais sa famille et ses amis si cette faction diffère de celle dont il est issu. Chaque faction remplit une tâche précise dans la cité : justice, maintien de l’ordre, don de soi…Tout individu est strictement contrôlé. Reste le rebut de la société constitué des divergents. Ces individus inclassables jugés dangereux par le pouvoir en place car impossible à contrôler deviennent des sans domicile fixes réduit à la misère. Quand l’histoire commence, Béatrice a 16 ans. Elle va subir l’épreuve des tests et découvrir qu’elle est divergente. Grâce à la complicité de l’opératrice, son dossier va être modifié et classé parmi une des factions. A elle alors de choisir, quelle faction elle veut rejoindre. Elle privilégiera les Audacieux. Un groupe paramilitaire qui maintient l’ordre dans la Cité. Elle devra survivre à un entraînement éprouvant physiquement et veiller à ne pas se laisser démasquer. En effet, de nouveaux tests l’attendent. Ils ont vocation à cerner ses peurs les plus intimes pour apprendre à les contrôler. Mais les peurs d’une divergente ne sont pas les mêmes que celles d’un audacieux. Tris peut-elle survivre ?
MON AVIS
Divergente s’inscrit dans la droite ligne de « Hunger games ». C’est une Dystopsie où le héros est une jeune adolescente. Ecrite par Véronica Roth, la trilogie a fait partie de la liste des best-sellers du New York times. Au cinéma, l’univers est bien rendu. Le décor est très réussi avec un paysage de désolation où les tours de Chicago sont à moitié carbonisées. De même le train déglingué que prennent les Audacieux ou l’endroit où ils s’entraînent font frissonner. La première partie est très dynamique. On ressent bien la peur et l’angoisse de cette ado à la croisée des chemins. Mais aussi sa volonté de survivre et de se trouver une nouvelle famille. L’organisation de la société, séduisante au début, devient vite cauchemardesque avec la traque impitoyable livrée à tous ceux qui sont différents. La deuxième partie s’enlise. Bien que fidèle au livre, elle manque de pêche et de subtilité. L’intrigue n’est pas assez étoffée ou surprenante pour tenir en haleine. Reste les acteurs. Shailene Woodley livre une bonne performance. Elle est à la fois physique et vulnérable. Il lui manque cependant la profondeur et le charisme d’une Jennifer Lawrence. On vibre avec Katniss et on prie pour qu’elle survive. On se sent moins concerné par les aventures de Tris. En revanche, Theo James, le compagnon d’aventure de Tris, bénéficie à la fois d’un physique avantageux et d’une présence réelle à l’écran. De même Kate Winslet, à la tête des Erudits, est parfaite.
***/*****