Cléo Ballatore


2 Commentaires

La pomme

One apple on white backgroundLa pomme, aussi dodue et douce qu’une caille, diffère cependant par sa forme sphérique légèrement dissymétrique. On la caresse également du bout des doigts pour découvrir une surface lisse ou un léger relief. Sa couleur a les teintes chaudes de l’automne, jaune d’or et rouge vermillon, ou celle acide du printemps. Parfois, elle est striée comme si la couleur avait été étirée à coup de stylet. Son œil sombre lui donne une touche de mystère et son pédoncule une côté aimable.

On l’épluche avec un couteau. De longs rubans s’enroulent alors en spirale. Quand on la coupe à la méridienne, elle ne paye pas de mine. Elle est de guingois. Ses deux lobes blanchâtres de taille inégale enserrent un cœur fibreux d’où émergent un ou deux pépins. Alors qu’à l’équatoriale, coupé horizontalement en son milieu, sa pâleur fait luire doucement en son cœur un pentagramme. Cette étoile à cinq branches formée des alvéoles qui renferment les pépins, symbole du savoir, éclaire alors tel un phare. Sa pulpe résiste à la pression. Bien que ferme, elle est tendre et juteuse. Sucrée, elle devient acide si on la mange avec la peau. Parfois, un pépin au goût amer reste coincé entre les dents voire un morceau de pomme en travers de la gorge comme chez Adam.

La pomme est populaire. On peut se la payer. Elle a fasciné bien des artistes et des savants. Pour les mômes, elle évoque les fêtes foraines où vernie d’un rouge éclatant, son odeur sucrée se mêle à celle de la barbe à papa. Associée à la magie, elle offre au choix l’immortalité avec les pommes d’or du jardin des Hespérides ou la mort comme dans les contes de fées.

C’est aussi un fruit défendu. Symbole des choses cachées, elle se pare de la couleur rouge et sombre du sexe, de la discorde et de la flétrissure. On peut en abuser comme il en va de tous les plaisirs mais elle laissera alors un goût amer. Une grande métropole lui doit son surnom sulfureux.

Quid des Pompom girls demanderez-vous ? Sont-elles des filles d’Eve avec leurs jupes courtes et leurs seins pommelés ou des petites sœurs de blanche-neige, innocentes et bonnes pommes ?