Cléo Ballatore


3 Commentaires

Le fantôme de la plantation Burry – Les 24 heures de la nouvelle

Germany --- Decayed interior of Sanatorium Teupitz, Brandenburg, Germany --- Image by © David Pinzer Photography/Image Source/Corbis

Une légende raconte qu’à minuit, le soir de la Saint-Jean, si une fille se regarde dans un miroir en mangeant une pomme, son futur fiancé apparaît.

I

Léa était trop raisonnable pour croire à ces histoires de bonnes femmes. Cependant, depuis une semaine, elle comptait les jours. Elle avait hâte, elle la citadine, d’expérimenter la légende locale. Elle était en vacances dans la petite ville d’Empton en Louisiane avec sa sœur Pauline, chez son oncle et sa tante. Sa cousine, Patricia, une fille prétentieuse, l’avait intégrée, avec un soupir d’exaspération à son groupe d’amies. Léa n’en avait pas envie, mais Pauline avait dit d’un ton sans réplique « Je ne viens pas si elle ne vient pas ». Or, tout le monde adorait Pauline.

Le soir de la Saint-Jean, le groupe de filles se dirigea vers une vieille maison abandonnée à la sortie de la ville. Elles étaient cinq. Enfin, quatre plus elle. Léa marchait derrière à quelques pas, en s’efforçant de ne pas se laisser distancer. C’était une nuit chaude et douce, éclairée par une lune pleine et ronde, traversée par des lucioles qui jetaient un éclat doré dans l’obscurité. La route était déserte, bordée de chênes aux troncs épais, aux branches sombres presque menaçantes. Les quatre filles se tenaient par la main en chuchotant. De temps en temps, elles se retournaient en pouffant de rire. Léa savait que Patricia se moquait d’elle. Elle détonnait avec sa silhouette efflanquée et ses cheveux raides et noirs, parmi ces belles du sud à la peau de pêche et à la chevelure dorée.

La maison se situait au bout d’un chemin de terre. Une allée recouverte de feuillage formait comme un tunnel. Les chênes, qui la bordaient, étaient si hauts et si vieux que leurs branches s’étaient enchevêtrées. Le passage conduisait à une élégante demeure à la façade grise, aux volets déglingués et aux gouttières crevées.

Elles poussèrent la porte d’entrée et se retrouvèrent dans un vaste hall. Une odeur âcre de poussière flottait dans l’air. La peinture blanche des murs humides s’écaillait. Elles gravirent un immense escalier aux marches tremblantes, longèrent un couloir enténébré. Dans une petite pièce éclairée par la lune pâle, un grand miroir ovale posé contre un des murs montait jusqu’au plafond. Le mercure était piqueté et la dorure qui recouvrait le cadre ternie et usée par endroit. La glace était particulièrement sombre presque noire avec une surface concave.

Les filles installèrent des bougies de part et d’autre du miroir. Leurs flammes vacillantes créaient des reflets changeants.

— Tu seras la première, lui dit Patricia, honneur aux invités.

Elle ricana en donnant un coup de coude à une de ses amies. Léa se sentit mal à l’aise. Elle eut soudain envie de partir. Mais c’était trop tard.

Pendant qu’une des filles lui mettait la pomme dans la main, une autre d’une bourrade la poussa devant le miroir. La cloche de l’église voisine se mit à sonner. Elle croqua dans la pomme. Un coup, deux coups, trois coups. Rien. Le miroir noir était d’un bleu foncé très profond. Il aspirait presque son reflet. Quatre coups, cinq coups, six coups. Elle soupira. C’était des fadaises. Sept coups, huit coups, neuf coups. Son cœur battait très fort. La pomme glissait de sa main moite. Dix coups, onze coups, douze coups.

Un jeune homme apparut. La paume de sa main blanche était posée contre la glace, de l’autre côté. Il était pâle avec des cheveux blonds en désordre et des yeux gris étrangement lumineux. Son visage était mélancolique. Il était vêtu comme au dix-neuvième siècle avec une redingote et une chemise à jabot. Il l’examina. Puis, sa main fraîche lui effleura la joue. Sa voix mélodieuse chuchota à son oreille : « Quelle jolie jeune fille ! » Ses doigts caressaient ses cheveux comme s’il voulait les coiffer. Aussi immobile qu’une pierre, Léa regardait dans la glace ses cheveux se relever, noués avec une guirlande de fleurs de sauvagines blanches. Le jeune homme allait à nouveau parler quand un coup de vent éteignit les bougies.

Léa était livide. Pauline l’entoura de ses bras. Les autres filles ricanaient.

— C’est le fantôme de la plantation Burry que tu as vu. C’est lui ton promis. Félicitations ! Il a au moins 150 ans. Il assassine ses fiancées. Un soir, il viendra de tirer par les pieds, dit Patricia en éclatant d’un rire méchant.

Léa s’enfuit en courant dans la nuit. Le lendemain, elle tomba gravement malade. Ils durent écourter leurs vacances. Lire la suite

Publicités