Cléo Ballatore


Poster un commentaire

« Party girl» : Un film réussi, très émouvant

Party-girl-afficheAngélique a atteint un âge délicat, la soixantaine, pour une entraîneuse de boite de nuit. Dans son cabaret, elle passe désormais ses soirées à boire seule, faute de clients pour de lui offrir une bouteille de champagne. Dans son cœur, elle reste une jeune femme gaie, toujours partante pour aller danser ou faire la fête, généreuse et ouverte à l’aventure. Les peurs du lendemain et les compromissions de la vie quotidienne ne font pas partie de son mode de fonctionnement. Des blessures jalonnent pourtant la vie de cette femme attachante, mère de quatre enfants. Des rancœurs et des non-dits pèsent aussi sur les réunions familiales où l’on sent bien qu’Angélique comme maman n’a pas toujours été à la hauteur. Un jour, un de ses vieux clients, lui déclare sa flamme. Angélique a l’occasion inespérée de se ranger et de finir tranquillement sa vie.

MON AVIS

Les trois jeunes réalisateurs, Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Thei, nous offrent un portrait vrai et sensible de cette femme étonnante à la croisée des chemins. Avec eux, nous découvrons le milieu des cabarets de striptease situés en Allemagne près de la frontière française. Rien de sordide dans cette vie ni de glamour non plus d’ailleurs mais simplement des femmes de caractères, hautes en couleur jamais vulgaires. Angélique Litzenburger est criante de vérité. Elle dresse le portrait d’une femme libre et honnête qui aime avant tout la vie. Sa jeunesse d’esprit éclate face à des interlocuteurs plus jeunes en âge mais bien plus conservateurs qu’elle. Le seul petit bémol est la longueur du film. Le dernier quart d’heure est peut-être de trop.

***+/*****

 

Publicités